Hejmpaĝo > Dokumentoj > Studoj > Les jeunes Français sont-ils nuls en langues étrangères ?

Les jeunes Français sont-ils nuls en langues étrangères ?

mardo 6a septembro 2005

Un article vient de paraître dans le Figaro (voir revue de toile du Lundi 05/09/05), titrant "Pourquoi les jeunes Français sont si mauvais en langues étrangères"

http://www.lefigaro.fr/rentree/20050902.FIG0133.html

La présente étude liste différentes (12 !) réactions possibles à cette assertion.


1. Aucune étude n’existe qui teste le niveau des jeunes des différents pays du monde en langues étrangères (au pluriel)

Les différentes mentions de "Français nuls en langues étrangères" trouvées par Google sur internet se contentent de répéter ce préjugé, en ajoutant parfois "c’est un fait", mais jamais aucune source n’est donnée (à part celle citée en point 2....)

Voir par exemple ces quelques pages trouvée par Google :

- http://education.france5.fr/mde/forum/theme.cfm?idtheme=15673 (très intéressante discussion sur le forum France 5)
- http://talula.tooblog.fr/?2005/05/20/78-parce-que-je-le-vost-bien#co
- http://forums.iagora.com/posts.html ::message_id=128491
- http://www.ranska.net/lgq/lgq7.html
- http://www.ranska.net/questions/4.html
- http://forums.france2.fr/france2/education/Les-francais-sont-plus-mauvais-europeens-langues-etrangeres-sujet-705-1.htm
- http://nipponeries.over-blog.com/article-37021.html
- http://idiotheke.blogspot.com/2005_04_01_idiotheke_archive.html


2. L’article du Figaro, pour étayer sa thèse - qui est plus un cliché qu’une véritable réalité - parle de palmarès internationaux, dans lesquels les Français se classeraient toujours parmi les derniers. Par la suite, il cite une seule étude existant sur le sujet, qui n’analyse pas le niveau en langues étrangères, mais uniquement en anglais.


3. Une réaction à un article sur le même thème, paru dans Infos Nice.com en mars 2005 http://www.infosnice.com/article502.html

Depuis quand l’anglais est-il une discipline mondiale ? J’ignorais qu’il y avait un prix nobel d’anglais ... ;( ou bien est-ce une épreuve aux Jeux Olympiques ?

En tout cas c’est très dommage de partir d’un tel argument-cliché, erroné, réducteur, dépourvu de fondement scientifique, et surtout déplacé (pourquoi comparer les compétences en anglais, et pas en français, allemand, ou plutôt espéranto ?), tout ça pour faire de la pub pour une énième méthode d’anglais, preuve que si cette langue était facile, ça se saurait !


4. Voir la réponse très détaillée et documentée de enotero sur son site personnel http://perso.wanadoo.fr/enotero/langues.htm

citée sur : http://www.educnet.education.fr/dossier/langues/enjeux1.htm (site du Ministère de l’Education Nationale)

Les Français sont-ils "nuls en langues" ? Pourquoi les langues ? ... Lesquelles ? Comment ? Pour qui ? Les français sont-ils "nuls en langues"
- L’effet de blocage
- Les Européens ne sont cependant pas tout à fait égaux...
- Une multiplicité de facteurs...
- Prendre un peu de recul...
- Et dans le futur ?
- Des gens qui bougent... modestement
- Position de certains linguistes
- Comparaison de la connaissance des langues dans quelques pays d’Europe.


5. Les Français "nuls en anglais", mais par rapport à qui ?

L’étude citée, la seule existante apparemment sur le sujet, compare les performances de 7 pays : Suède, Norvège, Danemark, Finlande ?, Pays-Bas, France, Espagne

Même s’il l’était (un sport olympique), il faut considérer que certains pays seraient avantagés par rapport à d’autres : tous ceux dont la langue est de la même famille (langues germaniques)


6. S’il s’agit d’augmenter le niveau - prétendument faible - des jeunes Français en anglais, des moyens existent, c’est certain, l’article les cite. Mais tous ces moyens ont un coût élevé, et pas seulement financièrement.

Ce coût colossal d’apprentissage de l’anglais, supporté par tous les pays sauf les pays anglo-saxons, on peut le qualifier d’ impôt linguistique payé par le reste du monde (rien que pour la France, il a été estimé à plus de 5 milliards d’euros par le linguiste François Grin), ou de rente linguistique touchée par le Royaume-Uni, les Etats-Unis ...


7. " Si j’ai bonne mémoire, la même étude avait été utilisée dans un numéro du Monde de l’éducation en début d’année. Dans ce numéro du Monde de l’éducation on retrouvait l’idée de voir un maximum de films des Etats-Unis en version originale. Etait mis en avant également le cas des espagnols qui s’en tireraient mieux que les français en anglais. Leur secret : 8h par semaine d’anglais et des professeurs du British Council avec lequel un partenariat a été signé...

Donc oui il n’est pas difficile d’améliorer le niveau d’anglais des français : doubler le temps d’apprentissage, supprimer les TPE en classe de Première après les avoir supprimés en Terminale, imposer aux chaînes de diffuser en VO (la part de la production des Etats-Unis est suffisante), donner les cours d’autres matières en anglais (déjà le cas dans les classes "européennes").

Mais tout cela a un coût : un coût pour les autres matières enseignées, pour notre identité, pour nos cultures, etc.

Cette article ne discute pas les objectifs de la politique linguistique, il considère que le plurilinguisme se limite à l’anglais.

En plus j’ai des doutes quant au prétendument faible niveau des français. Toutes les écoles d’ingénieurs par exemple imposent aujourd’hui l’anglais. Tous les chercheurs publient en anglais. Dans ces deux cas, la situation s’est accentuée au cours des 15 dernières années. "

(Emmanuel Debanne)


8. Et si les nuls en langues étaient plutôt les Anglais ? pas besoin de creuser bien loin, ceci a été prouvé, et eux-mêmes le disent !

Lire cet intéressant article dans CafeBabel.com http://www.cafebabel.com/fr/article.asp?T=T&Id=4467

ce que Jorgos dit autrement : " Mais les anglophones n’ont-ils pas prouvé qu’ils sont les véritables handicapés de la communication en n’y trouvant qu’un remède : imposer leur langue aux autres ? " (Jorgos)

Malheureusement ils n’ont même plus besoin de le faire ! :( Faisant preuve d’un extraordinaire masochisme, les autres pays, la France en tête, se l’imposent d’eux-mêmes !


9. http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3?id_article=850

Enseigner les langues de France ? Par Philippe Blanchet Ce texte est la version longue de l’article paru à la page 13 du dossier 423 des Cahiers pédagogiques. mercredi 21 avril 2004

L’éducation plurilingue Les travaux sur l’« éveil aux langues » et les préconisations pour des « politiques linguistiques éducatives » que le Conseil de l’Europe a récemment élaborées montrent que l’apprentissage d’autres langues nécessite la mise en place préalable et parallèle d’une culture du plurilinguisme. On dit que « les Français sont nuls en langues ». On croit même que pour les langues « il faut avoir un don », alors que le plurilinguisme est une aptitude naturelle des humains que l’immense majorité cultive effectivement. Mais deux siècles d’inculcation d’un modèle monolingue et de lutte continue contre le plurilinguisme ont construit des représentations négatives de soi-même, de ceux qui parlent d’autres langues (surtout s’ils ne parlent pas « français, comme tout le monde »), et du plurilinguisme (même la pluralité du français est ignorée ou rejetée : on se moque des Belges ou des ruraux, on singe les Méridionaux, on sous-titre les Québécois...). Les LF, entre autres, constituent une ressource directe d’éducation au plurilinguisme. L’intercompréhension étant facile entre langues apparentées, elles constituent même un stock de compétences : combien de Français pourraient utiliser espagnol, portugais ou italien à partir du gascon, du provençal ou du corse, allemand ou néerlandais à partir de l’alsacien, du francique ou du flamand ! Sans compter ceux qui parlent déjà ou pourraient parler catalan, arabe, italien, polonais, turc, chinois... parce que leurs familles ont porté ces langues, que trop souvent la France leur fait perdre. Quel gâchis... même économique. Dans le processus d’accès au plurilinguisme, l’effet de seuil se situe entre 1 et 2 langues : une fois bilingue, un individu peut facilement devenir trilingue, etc., quelles que soient ses deux premières langues, et surtout s’il les a acquises jeune. Enfin, la comparaison avec d’autres langues ne peut que bénéficier à l’apprentissage du français lui-même (rassurons une inquiétude fréquente), car le transfert positif de compétences linguistiques et orthographiques est un phénomène fréquent chez les plurilingues. C’est un principe psychopédagogique de base : on apprend ce qu’est une chose en la comparant à une autre. Nombre de Français sont incapables d’identifier une langue que parlent des gens autour d’eux et croient souvent que c’est de l’anglais. Du monolinguisme langue nationale au monolinguisme langue étrangère, il n’y a qu’un pas. Comment se faire le champion de la diversité culturelle dans le monde si on ne la valorise pas chez soi ? Quant au « parler bilingue » que pratiquent à des degrés divers tous les plurilingues (alternances et mélanges de langues), si souvent rejeté par les monolingues, c’est un beau cas d’espèce pour ouvrir les esprits au métissage interculturel.


10.

http://www.cfwb.be/franca/publicat/pg003.htm

La collection "Français et société"

La collection Français & Société a édité des fascicules consacrés à la vie du français dans notre société.

Fondée sur des travaux scientifiques rigoureux, elle s’adresse dans un langage simple à un public diversifié et curieux du patrimoine social et culturel que représente la langue française.

Français et Société 13 Bernadette Wynants Les francophones face à leur image

L’étude sur laquelle se fonde cet ouvrage vise à comprendre comment est construite l’image des francophones quant à leurs compétences plurilinguistiques. Les francophones sont quelquefois confrontés au préjugé selon lequel ils seraient "nuls en langues". Comment ce préjugé est-il construit ? Sur base d’entretiens avec différents types d’agents culturels (dans les secteurs de l’enseignement, de l’entreprise et l’associatif), l’analyse vise à mettre au jour les ressorts de la dynamique de représentation sociale ainsi que les ressources qui pourraient être mobilisées en vue d’une transformation de ces représentations.


11. La preuve du contraire

http://www.diplomatie.gouv.fr/label_france/57/fr/07.html

(site du Ministère des Affaires Etrangères)

En matière de travail, les Français font l’objet de nombreux préjugés. Une réputation qui repose plus sur des clichés que sur une réalité tangible… Démonstration

(...) Nuls en langues étrangères ?

Ce n’est plus vrai ! Selon le baromètre de l’Union européenne, 40 % des Français connaissent une langue autre que la leur. Par ailleurs, l’anglais est parlé par 65 % des moins de trente ans et 90 % des diplômés de l’enseignement supérieur.


12. http://lecaustique.chez.tiscali.fr/txt_reforme-ecole-fillon.htm

Un commentaire se voulant caustique sur la loi Fillon, en particulier le volant linguistique du fifama socle de compétences.

Le Caustique - Courage, Fillon !

Ensuite, partant du constat que les Français sont nuls en langues étrangères (il suffit d’entendre les principaux hommes politiques pour s’en convaincre, d’ailleurs), François Filon veut rattraper cette lacune. L’apprentissage d’une première langue étrangère se fera donc dès le CE1 et une deuxième langue sera étudiée à partir de la 5ème (au lieu de la 4ème, quel progrès !!!).

Entente franco-allemande oblige, le ministre de l’Education souhaite augmenter de 20% (encore ?!) le nombre d’élèves apprenant l’allemand. Bref, l’idéal pour lui serait de trouver des filles provenant de milieux défavorisés passant un bac scientifique et apprenant l’allemand. Tout ceci dans la proportion de 20% évidemment. Mais tout ceci n’est qu’un cas d’école. On n’est pas obligé de le suivre à la lettre.

C’est vrai que les Français sont nuls en langues étrangères. On le voit encore aujourd’hui avec l’euro : il ne nous parle pas beaucoup puisque nombre de personnes parlent encore en franc…

Il faut dire aussi : pourquoi parler une autre langue ? Si les étrangers sont meilleurs que nous dans les langues étrangères, ils n’ont qu’à apprendre le français et le tour est joué ! Tout le monde parlera français et tout le monde se comprendra !!!

Si le ministre voulait vraiment que les Français progressent en langues étrangères, il n’aurait pas dû nous obliger à en apprendre deux. Soyons logiques ! Si l’on n’arrive pas à apprendre correctement une langue, pourquoi nous en laisser deux ? Ne vaudrait-il pas mieux en connaître une parfaitement plutôt que deux très mal ?


Info Nice titrait aussi il y a peu :

Les français sont nuls en anglais. mardi 22 mars 2005

C’EST du moins ce qu’affirme Michèle Modelin Perreault qui donnait, en fin de semaine dernière, une conférence de presse dans les salons d’un palace de la Promenade des... Anglais.

A partir d’un constat se basant sur des études mondiales, les français auraient une peu honorable cuillère de bois dans la pratique de la langue de Shakespeare et c’est à partir là que cette conceptrice et responsable d’une école de langues locale a imaginé cette méthode qu’elle dit révolutionnaire.

Quelques pages accompagnées d’un CD seraient l’une des clefs, avec, peut-être, des cours dans son école de langues, pour passer aisément du « Franglish à l’angliche ». Cette méthode serait adaptable à d’autres langues mais l’auteur, anglophone, désire avant tout se consacrer sur la promotion de ce premier tome qui pourrait, toujours selon ses dires, être le remède parfait au « baragouinage » qui servirait d’anglais aux francophones que nous sommes.

Nous vous laissons vous faire une idée en découvrant l’ouvrage dans votre librairie préférée...de quartier !


L’entreprise de manipulation des esprits se poursuit, cette fois dans un quotidien qu’on pensait moins anglo-colonisé.

Ou bien les auteurs de l’article font preuve d’une superbe ignorance, ou bien d’une effarante hypocrisie, ou encore d’un énorme masochisme, ou tout à la fois
- le titre parle de langues étrangères au pluriel, l’article parle de palmarès internationaux au pluriel, mais cite pour preuve UNE étude, toujours la même pour ceux intéressés par la question, comparant les performances uniquement en anglais de la France et de pays principalement scandinaves et nordiques !!

Malgré la publication récente d’un article sur l’étude de François Grin, qui montrait bien combien de milliards d’euros coûte à la France et à l’Europe cet asservissement linguistique et culturel. L’article en profite pour louer (lau’di) la réforme Fillon qui "met le paquet sur les langues étrangères" (sic) Pffff... :(

Pour réagir, écrire à contact @ lefigaro.fr (sans espaces) ou bien remplir le formulaire sur : http://www.lefigaro.fr/perm/contact.html


L’article du Figaro cité dans cette étude :

http://www.lefigaro.fr/rentree/20050902.FIG0133.html

Des cours trop axés sur la grammaire, des élèves peu intéressés

Pourquoi les jeunes Français sont si mauvais en langues étrangères M.-E. P. [02 septembre 2005]

1 Mesaĝo

  • Pri la angla en Europo, oni devus elfosi la sekretajn partojn (foje menciitaj en la revuo "Français du monde") de la traktatoj ligitaj al la Plano Marshall (anoncita en 1947), cxar tute ne estas hazardo se la landaro usonigxis.

    Ne estas hazardo se oni subite sxangxis de esperanto al la angla en la svedaj edukejoj de instruistoj (cxirkaú 1949, la jaro post la fondigo en Parizo de la Eŭropa Organizo por Ekonomia Kunlaboro - la administrejo de la Marshall-sistemo de kolonigo), kaj ekis instrui devige la anglan en la francaj kamparaj lernejoj najbaraj de Italio aú Hispanio - dum la lernantoj estus preferinte lerni la najbaran lingvon, kiu cetere estis la lingvo de multaj samvilagxanoj, gefiloj de enmigrintoj. (Neniu mensana sudano - kaj des malpli la sunadorantaj skandinavoj - tiam ferius en pluva, terure malmoderna kaj karbfumigita Anglio, kiam en Italio estis cxio plus la suno.)

    Alia grava faktoro estas ke la angla estas la komanda lingvo de la ONAT / OTAN / NATO (starigita en 1949). La oficiale neutralaj landoj kiel Svedio en realo estis kaj estas parto de la ONAT-sistemo.

    La usonigxo de Europo estis parto de la kontraúsovetia milito, same kiel la kreo de Gladio, la subacxeto de gazetoj kaj politikistoj kaj la grandskala manipulado de la balotoj.

    Nuntempe gxi estas la masosxisma agnosko de la anglosaksa hegemonio kaj de la ekonomia thatcherismo. (En Svedio, la angla ne plu estas lingvo, gxi estas religio. Ne mirinde, tiam, se gxi estas pli bone konata ol en francaj lernejoj !)

    "The winner takes all", jen la nuntempa ideologio en praktiko. Ankaú de la svedaj "Laborista partio (SAP)" kaj majoritataj sindikatoj - longtempaj kunlaborantoj de la usona CIA. Ne mirinde se la ricxularo eksplode ricxigxas dum la malricxuloj igxas mizeruloj !

JPEG - 12.3 kb
filmeto FR 2014
JPEG - 3.5 kb
filmeto FR 2009
JPEG - 4.5 kb
filmeto DE 2009
JPEG - 3.3 kb
filmeto FR 2004

revue ESPERANTO-info


Elŝutu la novajn informilojn :

[eo] Informilo 2009 (PDF, 887kb) {PDF}

Dokumentoj

SPIP | | Mapo de la retejo | Gvati vivon de la retejo RSS 2.0